Pour toute Commande passée sur le Site www.stratagemme.com, je vous offre :
10% du montant de votre commande (que j'arrondis)
+ 2,00 euros de remise
sur votre Prochaine Commande !
Frais d'envoi offerts à partir de 25,00 euros

Commandez vos Gemmes et vos Bijoux sur le site www.stratagemme.com Chaque rêve est un bijou

29/11/2009

La Chine rappelle ses cerveaux pour développer l'industrie pharmaceutique

"Pharmaceutiques" consacre un article aux mesures incitatives mises en place par le gouvernement chinois pour faire revenir les chercheurs chinois formés dans les pays occidentaux (surnommés les "sea turtles"), afin de contribuer à développer le secteur pharmaceutique et biomédical dans le pays. En quelques années, de nombreux laboratoires étrangers ont implanté des centres de R & D en Chine. "L'environnement est très propice au développement du secteur pharmaceutique", confirme Franck Jiang, vice-président de la R & D de sanofi-aventis en Chine. L'IMS prédit d'ailleurs que le pays sera le troisième marché pharmaceutique mondial à l'horizon 2030. Franck Jiang est l'un de ces "sea turtles". Il est revenu en Chine pour mettre en place le nouveau centre de recherche de Sanofi à Shanghai, après vingt ans d'une expérience américaine de médecin hospitalier, puis en développement clinique. Il explique que jusqu'ici seuls 10% des scientifiques chinois formés à l'étranger revenaient dans leur pays pour travailler, contre 40% dans d'autres pays. "Mais cette tendance est en train de changer, du brain drain on est passé au brain gain", se félicite-t-il.

Pharmaceutiques - Novembre 2009

28/11/2009

20 ans de droits de l'enfant

Le droit à la vie, le droit de connaître ses parents, de ne pas être séparé d'eux... Le droit au repos, mais aussi celui de jouer : tels sont quelques-uns des droits fondamentaux définis par la Convention internationale des droits de l'Enfant. Un texte de 54 articles qui, depuis son adoption par les Nations-unies le 20 novembre 1989, a été ratifié par la quasi-totalité des Etats du monde, à l'exception notable de la Somalie... et des Etats-Unis. Alors que les droits de l'enfant sont célébrés, à l'occasion

de l'anniversaire de ce texte fondateur, le bilan dans de très nombreux pays du monde reste globalement négatif. En Asie du Sud, avec ses cohortes d'enfants mis au travail à l'âge où d'autres vont à l'école, dans l'Afrique subsaharienne, avec l'image choquante des enfants soldats, trop souvent, l'idée même que les enfants ont des droits relève de la science-fiction. Dans les pays développés eux-mêmes, ces droits sont parfois bafoués. La France, qui avait ratifié la Convention dès 1990, peut paraître loin de ce tableau encore sombre. Signe de son engagement en la matière, elle s'est dotée par une loi du 6 mars 2000 d'une institution spécifique : celle de Défenseur des enfants, ayant statut d'autorité administrative indépendante, lui garantissant le maximum d'autonomie, et qui a précisément pour rôle de "défendre et de promouvoir les droits de l'enfant tels qu'ils ont été définis par la loi ou par un engagement international comme la Convention internationale des droits de l'enfant".

27/11/2009

Web 2.0 : quelle place pour les laboratoires ?

60% des Américains recourent à Internet, et notamment aux forums de discussion, lorsqu'ils sont à la recherche d'une information médicale. Les laboratoires aimeraient investir ce champ de communication avec le grand public, mais la législation reste à définir. La FDA a organisé en novembre une vaste concertation afin de réfléchir à la question, mais l'Agence américaine ne devrait pas proposer une réglementation précise avant la mi-2010. Une échéance trop lointaine, selon les laboratoires, qui estiment que les internautes trouvent de trop nombreuses informations médicales erronées sur le Web. "De nombreux sites consultés par les patients sont mensongers ou truffés d'erreurs. Il n'y a aucun arbitrage de la FDA", critique Rx4good, un groupe de soutien qui aide les entreprises de santé à but non lucratif à trouver des financements. Les groupes pharmaceutiques ont consacré $4 millions en opérations publicitaires en 2008. Seulement 4% de cette somme a été dédiée au support Internet. Les laboratoires craignent que la FDA ne considère les interactions avec les patients sur Internet comme un marketing "off label". La FDA a déjà épinglé une quinzaine de laboratoires en avril dernier, leur reprochant d'omettre les effets secondaires de certains de leurs médicaments dans les liens publicitaires sur Internet. Mais les laboratoires peuvent-ils être également jugés responsables d'une information erronée circulant sur les réseaux sociaux ou les sites collaboratifs, comme Wikipedia ? L'industrie pharmaceutique attend de la FDA qu'elle clarifie cette situation. "Il ne s'agit pas seulement de vendre des médicaments, mais d'être à l'écoute des besoins des patients et de leur donner ce qu'ils attendent", souligne Craig M. Audet, vice-président en charge des Affaires règlementaires de sanofi-aventis aux Etats-Unis.

Business Week - 30/11/09

26/11/2009

La question du stress en entreprise

D'après un sondage Ifop, 52% des salariés français se disent stressés, mais 84% se déclarent aussi satisfaits de leur situation professionnelle. 68% des cadres estiment que l'ambiance générale est bonne dans leur entreprise, mais 77% d'entre eux pensent que leurs objectifs de travail sont irréalistes. Le stress professionnel n'est pas un phénomène nouveau en France, où il est d'ailleurs "très répandu", constate le magazine "Challenges". Les entreprises l'ont cependant longtemps dénié. Aujourd'hui, même si la prévention du stress ne fait pas encore partie des préoccupations stratégiques des entreprises, les mentalités commencent à évoluer. Les créations d'observatoires de santé au travail ou de baromètres sociaux reposant sur des questionnaires se multiplient dans les entreprises. "Challenges" cite notamment l'exemple de sanofi-aventis. "Nous avons des process pour évaluer le niveau de stress des collaborateurs. Nous avons aussi créé des cellules de dialogues et d'écoute", explique Christian Lajoux, qui précise que "la question du stress est tellement complexe" que "nous ne sommes pas à l'abri d'un accident". Un discours prudent qui, selon "Challenges" est "largement répandu dans les directions" des entreprises françaises.

Challenges - 19/11/09

25/11/2009

Le palmarès du Prix Intranet 2009 - Intranet de Dassault primé

A l’occasion de la 12e édition du Prix Intranet, parmi les 33 dossiers reçus, l'intranet de Dassault Systèmes a été primé .

Un réseau social de 8 000 salariés chez Dassault Systèmes

Grâce à son projet d’intranet communautaire 2.0 ouvert aux 8 000 collaborateurs du groupe, personnalisable et doté de toute la richesse des outils du web 2.0, Dassault Systèmes a été primé dans la catégorie “E-learning & KM”. Ce réseau social d’entreprise, initié par les équipes de la communication interne, de la R & D et de l’informatique, et développé en interne, stimule la mise en commun des expertises et l’innovation au sein du groupe. Il modifie profondément la façon d’accéder à l’information et au savoir. Chacun, en alimentant son “profil riche”, y expose ses domaines d’expertise, ses compétences et ses passions. Ainsi, non seulement les salariés se font connaître et forgent leur réputation par les contenus produits, mais ils connaissent également mieux leurs collègues.

L’entreprise passe d’une communication descendante à une communication ascendante, avec l’appui de la direction et de tout le management de l’entreprise ; 300 communautés ont été créées depuis le lancement du site, en février 2009. La plate-forme continue à intégrer, tous les quinze jours, de nouvelles fonctionnalités, et Dassault Systèmes envisage de la faire partager à ses clients et à ses partenaires.

24/11/2009

Le palmarès du Prix Intranet 2009 - Intranet Norsys primé

A l’occasion de la 12e édition du Prix Intranet, parmi les 33 dossiers reçus, l'intranet de Norsys a été primé .

Norsys et son Mappy de la GRH

Dans la catégorie “E-RH et Management”, c’est la SSII Norsys qui a été récompensée pour son intranet Norsysways , un moteur de recherche permettant à ses 185 salariés de simuler leur évolution professionnelle. Grâce à cet outil, sorte de “Mappy de la GRH”, l’entreprise peut prévoir le nombre de personnes qui exerceront un type de métier et anticiper sa stratégie sur le moyen terme, tout en balisant les parcours de ses collaborateurs sur le très court terme.

Norsysways, construit par des développeurs internes, s’appuie sur une cartographie des métiers propre à l’entreprise, sur toute une série de formations sélectionnées et sur des modèles de parcours inspirés des expériences passées de salariés. Managers et RH sont impliqués pour dialoguer avec les salariés et pour les conseiller, et bénéficient d’un véritable outil décisionnel qui leur fait gagner énormément de temps. Depuis fin 2008,19 % des salariés ont évolué dans un même métier et 18 % en ont changé. Norsys réfléchit déjà à offrir davantage d’interactions entre l’outil et la messagerie électronique et le téléphone mobile.

http://www.wk-rh.fr/ 17/11/2009

23/11/2009

Le palmarès du Prix Intranet 2009 : BNF n°1

A l’occasion de la 12e édition du Prix Intranet, parmi les 33 dossiers reçus, la grande majorité des membres du jury a eu un véritable coup de cœur pour le projet de la BNF, dont l’intranet “Biblionautes” a obtenu le Prix Intranet 2009. La démarche d’accessibilité de l’établissement public envers les personnels souffrant de déficience visuelle a été particulièrement appréciée.

La Bibliothèque nationale de France, lauréat 2009 du Prix Intranet !

Le Prix Intranet est organisé par la Cegos, Entreprise & Carrières et lesechos.fr.

Biblionautes pour tous à la BnF

L’intranet de la BnF répond à une problématique croissante des entreprises : comment mieux insérer les personnels handicapés ? L’établissement public, qui met déjà à disposition de ses lecteurs handicapés visuels des équipements spécifiques, a décidé, en 2007, d’adapter son intranet pour que tous ses contenus soient accessibles aux agents souffrant de déficience visuelle.Sur ses 2 800 collaborateurs, 61 sont déclarés en situation de handicap (tous handicaps confondus), soit 2 % des effectifs. La refonte du site, étalée sur dix-neuf mois, pour un lancement en mars 2009, s’est accompagnée de la possibilité, pour tout agent qui en aurait besoin, de doter son poste de travail d’équipement braille, d’un synthétiseur vocal pour le web, ou de logiciels de grossissement de caractères.

Le résultat est un site plus simple à utiliser, avec une palette de couleurs lisible par tous, et doté de différents dispositifs pour faciliter la navigation des personnes utilisant des logiciels de synthèse vocale. Et toute la refonte a été gérée en interne par la mission de communication interne, le service de coordination Internet et la mission handicap. Seule la prestation concernant les couleurs du site a été confiée à une entreprise extérieure.

http://www.wk-rh.fr/ 17/11/2009

20/11/2009

Collaboration 2.0. la relève après le Web 2.0

Au cours de la présentation d'introduction, James Lundy, Analyste au Gartner Group expliquait que sa société venait juste d'ajouter une nouvelle catégorie, la Génération 4, à son schéma de l'évolution des pratiques collaboratives sur le net. Les blogues et les wiki sont déjà du passé, on est maintenant à la collaboration en temps réel et à son agrégation dans les applications. « La messagerie instantanée reste une préoccupation majeure, dit-il, et nous voyons que la situation est très confuse en ce moment dans les grandes entreprises et les organisations qui se posent la question de leur stratégie de collaboration en temps reel. La plupart ne sait pas quoi faire. C'est une intense bataille et beaucoup de responsables ne le comprennent même pas. » Il explique que moins de 40% des grandes entreprises a mis en place une stratégie de collaboration en temps réel. « Si quelqu'un dans l'entreprise utilise un service gratuit de messagerie instantanée, il s'expose…. !! ». Parlant de la Génération 3, le web social qui a suscité beaucoup de nouveaux services et de nouvelles sociétés, notamment dans la Silicon Valley, il constaté que le buzz suscite encore beaucoup d'interrogation et de confusion. « Voulez vous facebook dans l'entreprise ? » interroge-t-il, « Comment pouvons-nous apprendre à nos employés comment ne pas faire les mauvais trucs sur Facebook ? »

Lire l'article complet sur "Collaboration 2.0. la relève après le Web 2.0"...

19/11/2009

Twitter : un nouveau bouton pour retweeter!

Twitter est actuellement est travaux pour lancer une nouvelle fonctionnalité très attendue, le fameux bouton de « retweet »! L'avantage c'est que désormais il n'y aura plus besoin d'indiquer dans ses tweets « RT » ou « ReTweet », l'auteur original étant cité en dessous du message. Un bon moyen d'économiser quelques caractères dans cette application en ligne qui ne permet d'en utiliser uniquement 140…

18/11/2009

VIVOweb : un FaceBook pour les chercheurs

Les "National Institutes of Health" (NIH) vont financer le développement d'un réseau social professionnel à destination des scientifiques dont le but est d'améliorer les collaborations en recherche biomédicale, et d'accélérer les découvertes. Sept universités vont recevoir 12.2 millions de dollars pour mettre en place ce réseau appelé "VIVOweb", destiné à être étendu par
la suite au reste des Etats-Unis.

Le réseau "VIVOweb" basé sur la technologie "VIVO", développée à l'Université Cornell (New York) depuis 2003, vise à améliorer significativement l'exploitation des informations scientifiques, à comparer les recherches en cours dans d'autres institutions de recherche, à renforcer les collaborations en recherche translationnelle, et à faciliter les recherches multidisciplinaires.

Lire l'article complet sur VIVOweb, accélérateur de découvertes

17/11/2009

Facebook vieillit, Twitter rajeunit

En mai 2008, l'âge médian sur Facebook était de 26 ans, aujourd'hui, il est de 33, soit 8 ans de plus en un peu plus d'une année.

Alors, où sont les jeunes ? Toujours sur Facebook, rassurez-vous, mais ils y côtoient désormais beaucoup d'adultes, dont leurs parents, leurs grands parents et leurs patrons, mais on les trouve de plus en plus sur une autre star de l'internet : Twitter.

Au final, la génération Y aime Twitter… en tout cas, elle commence à l'utiliser.

On ne compte plus les études sur la population de Twitter, certaines sérieuses, d'autres moins, qui martèlent toutes le même message : la génération Y ne s'intéresse pas à Twitter. Les études citent généralement d'éminents membres de cette génération affirmant que Twitter est "futile"
et "narcissique".

Apparemment, tout cela est en train de changer, pas forcément en terme de perception, mais en tout cas en terme d'usages.

Twitter est désormais second sur le podium des réseaux sociaux mondiaux les plus jeunes, avec un âge médian de 31 ans, juste derrière MySpace qui affiche 26 ans, et devant Facebook qui affiche 33 ans et Linkedin et ses 39 ans.

En regardant de près les segments démographiques 'jeunes' de Twitter, il n'y a pas que la génération Y qui est responsable de ce coup de jeune, loin de là. 37% des 18-24 ans utilisent désormais Twitter aux US, alors qu'ils n'étaient que 19% en décembre dernier, et chez les plus vieux des jeunes, le 25-34 ans, 31% sont désormais utilisateurs, en augmentation de 11 points par rapport à l'an dernier. Ces deux groupes d'âge, à eux seuls, représentent désormais près de la moitié des utilisateurs de Twitter.

Réseaux sociaux et générations : lire l'article complet...

16/11/2009

Communication interne - Le Web 2.0 pour séduire les jeunes salariés

La communication auprès des plus jeunes collaborateurs passera par des supports interactifs intégrant des technologies Web 2.0. Un éditeur en fait le pari.

Dans les grandes entreprises, le simple affichage mural pour sensibiliser son personnel aux consignes de sécurité ou aux économies d'énergie dans les bureaux est souvent peu efficace. Surtout quand il s'agit de communiquer auprès des jeunes générations habituées aux jeux vidéos et aux réseaux sociaux. C'est du moins le constat de Conscio Technologies, un éditeur de logiciels de sensibilisation et spécialiste des "Serious Game". Fort de son expertise, ce dernier a eu l'idée d'intégrer des fonctionnalités de type Facebook dans la nouvelle version de sa plate-forme collaborative "Sensiwave".

Disponible en mode SaaS [Software as a Service] et destinée aux campagnes de sensibilisation en ligne, cette application riche de supports interactifs se différencie de ses concurrents par une interface ludique et conviviale. L'éditeur, qui fournit ses solutions notamment à certaines entreprises du CAC 40, invite les utilisateurs à lancer des sondages, poster un commentaires ou encore créer des fils de discussion. En retour, les salariés peuvent laisser un commentaire dans une saynète, un quiz ou un portail. Du côté de l'entreprise, cette dernière dispose d'une fonction de modération. A chaque insertion d’un commentaire, le modérateur est automatiquement prévenu et devra accepter ou refuser le commentaire publié. Les animateurs ont également l'opportunité d'inviter les utilisateurs à raconter une anecdote sur le thème de la campagne. Rien de tel pour mobiliser les troupes.

commentcamarche.net 13/11/2009

14/11/2009

5ème Forum des pôles de compétitivité

Lors du 5ème Forum des pôles de compétitivité, qui vient de s'achever à Sofia-Antipolis, Pierre Dartout, délégué à l'aménagement du territoire, a considéré que "pour atteindre la masse critique qui est garante de l'attractivité internationale, les pôles de compétitivité français doivent être impérativement des acteurs moteurs dans la création de réseaux de 'clusters' en Europe". Les participants de ce forum ont estimé en conclusion que "l'innovation se développe mieux quand elle s'inscrit dans une dimension internationale". La commission européenne met en place actuellement un observatoire des "clusters" qui établira des cartographies et fournira des données économiques et sociales. Elle a l'intention d'aider à la formation de "cluster manager", et prévoit la création d'un club de ces managers "à l'échelle européenne pour favoriser les échanges de bonnes pratiques".

Les Echos - 09/11/09

12/11/2009

Quelques lois mathématiques et empiriques qui accompagnent notre vie...

La loi de pareto
On appelle cela la règle des 80/20 également où environ 80 % des effets est le produit de 20 % des causes. Cette loi est ma préférée car elle permet d’être efficace dans la vie, effectivement en 20% du temps on obtient 80% des résultats. Bien sûr elle peut s’appliquer dans diverse situations de la vie de tous les jours. Pour twitter par exemple, 20% des utilisateurs devrait sûrement twitter 80% des twitts.

La loi de Stein
Quelle belle loi que la loi de Stein, qui dit que “Si un phénomène ne peut continuer indéfiniment, il s’arrêtera.” Pour les optimistes, c’est ainsi qu’on voit et on veut voir le bout du tunnel, ce peut être ce à quoi on assiste aujourd’hui car tout le monde voudrait bien que la crise s’arrête enfin. Et bien sûr pour les pessimistes, le bonheur a toujours un fin et c’est bien connu! .

Le nombre de Dumbar
Cette loi m’a été suggérée par Jean Boucher elle est également très pragmatique. Elle précise la limite du nombre d’amis avec lesquels une personne peut entretenir une relation stable à un moment donné de sa vie. Cette limite est inhérente à la taille de notre néocortex. Elle est estimée à 148 personnes.

Loi de Hofstadter
Pour ceux qui font de la gestion projet, j’espère qu’ils connaissent cette loi. La loi de Hofstadter déclare que « Ça prend toujours plus de temps qu’on croit, même en prenant en compte la loi de Hofstadter. » Là encore c’est très pragmatique, mais si vous êtes chef de projet, il faut toujours avoir cette loi en tête, surtout au début d’un projet où on est toujours très optimiste quant aux dates de réalisation. Cela va également de pair avec l’élaboration de business plan qui sont toujours ultra optimistes dans les projections. Un vieux renard aura toujours cela en tête.

11/11/2009

Les réseaux sociaux tissent des liens bien réels : quelques chiffres

Voici quelques chiffres de l'étude menée au mois de juillet-août auprès de 2512 adultes américains. C'est surprenant, n'est-ce pas ? Auriez-vous imaginé que les réseaux sociaux aient autant d'impact sur nos comportements et nos habitudes ?

- l'usage des technologies élargit le cercle de conversation : de 12% pour les utilisateurs de mobile, 9% pour qui partage des photos en ligne ou utilise une messagerie instantanée

- les technologies n'ont pas remplacé le contact en face à face : pour communiquer avec le coeur de son réseau, le contact en direct reste le premier moyen de communication (210 jours par an) devant le téléphone mobile (195 j), le SMS (165), e-mail (72 jours) et les réseaux sociaux (39 j)

- les réseaux sociaux servent à resserer les liens avec des gens déjà proches : 71% des utilisateurs de réseaux sociaux ont ajouté une personne très proche comme ami sur Facebook et al. 30% des 18-22 ans utilisent désormais les réseaux sociaux pour rester en contact avec 90% de leur entourage le plus proche

- Internet ne casse pas le lien local... : surfer sur le Web vous rend à peu près aussi susceptible d'aller visiter votre voisin ou pas

... les réseaux sociaux, un peu : être sur Facebook / MySpace / LinkedIn diminue de 30% la probabilité de connaître ses voisins

... mais interagir avec ses voisins via Internet augmente les chances de connaître "presque tout" d'eux (60% vs 40% sans le net)

- le réseau des internautes membres de réseaux sociaux est en moyenne 20% plus diversifié que les personnes qui ne surfent pas sur Internet

- les utilisateurs de mobile (72%), les internautes assidus (46%) et les bloggers (72%) ont plus de chances d'appartenir à un groupe volontaire local, association, club de sport, communauté religieuse ou club social que le reste de la population

Au rayon des corrélations plus surprenantes :

- les internautes qui partagent des photos en ligne ont 61% plus de chances de discuter avec des personnes d'un bord politique opposé

- tenir un blog augmente de 95% les chances de se confier à quelqu'un d'origine(s) ethnique(s) opposées

- être internaute augmente de 42% les chances d'aller dans un parc public. Etre blogger augmente cette probabilité de 61%

- les membres de réseaux sociaux ont 40% plus de chances d'aller dans un bar


Lire l'article complet : Les réseaux sociaux tissent des liens bien réels


blog.lefigaro.fr 5 novembre 2009

10/11/2009

En cours les bavardages sont autorisés, mais sur réseaux sociaux !

L'utilisation des réseaux sociaux pendant les cours améliore l'attention et la participation de l'élève. Le cours devient collaboratif. L'élève est actif, moins passif en tous cas. Il s'implique davantage. Ses questions sont pertinentes. Le cours est mieux assimilé.

Hotseat intègre en temps réel les commentaires écrits par les élèves sur le cours sur le site ou leur compte Twitter ou Facebook. Cette méthode améliore la participation en classe et la collaboration entre élèves.

L'université de Purdue s'inspire de l'initiative de son homologue viennoise, qui propose aux élèves de faire des commentaires sur la qualité des cours. C'est ainsi qu'a été développée Hotseat, une application de micro-blogging qui accueille les commentaires rédigés par les étudiants durant le cours et concernant le sujet traité. Ces messages sont visibles par toute la classe, y compris par les professeurs. Pour ce faire, les élèves postent leurs commentaires sur le site Internet dédié, ou via leur compte Facebook, MySpace ou Twitter. Le tout, depuis un ordinateur ou un mobile.

Pousser à la participation

Hotseat comprend également un système de vote pour les réactions que les pupilles trouvent les plus intéressantes. Le but étant de rendre les cours plus collaboratifs. Le professeur peut ainsi constater presque en temps réel l'assimilation de son cours, et en ajuster le contenu. D'après les chercheurs, cette méthode est moins intimidante que de poser ou répondre à des questions à main levée. "Les étudiants interagissent sur une plate-forme avec laquelle ils sont déjà familiarisés", affirme Sugato Chakravarty, professeur à l'université de Purdue et utilisateur de la plate-forme.

Maîtriser le 2.0

Les premiers essais révèlent qu'environ les trois quarts des étudiants observés ont utilisé activement le logiciel afin de participer au cours. "Avec ce système ils s'engagent dans le sujet traité sans trop en déborder", constate Sugato Chakravarty. "Et pour la plupart il posent des questions plutôt pertinentes". Le chercheur prévient tout de même que la nature 2.0 du service redéfinit les limites de ce qu'un professeur peut ou ne pas contrôler dans son cours. Il ajoute : "même si la méthode s'est montrée efficace, elle demande pour le moment une certaine ouverture d'esprit de la part des professeurs".

atelier.fr 03 Novembre 2009

09/11/2009

Les nouvelles technologies favorisent le lien social

C'est vrai qu'en observant les gens "scotchés" sur leur ordinateur pendant des heures, on pourrait facilement imaginer qu'ils s'isolent et deviennent asociaux. En fait cela dépend de leur activité sur l'ordinateur. Comme le montre une étude réalisée l'été dernier, ceux qui surfent et sont en contact avec d'autres internautes sur les réseaux sociaux auraient une vie relationnelle plus riche.
Contrairement à une idée largement répandue, internet et les téléphones portables n'isolent pas les gens mais renforcent au contraire le lien social, si l'on en croit les résultats d'une étude américaine.
Alors que des sociologues américains affirmaient dans une étude publiée en 2006 que les nouvelles technologies accentuaient l'isolement social des Américains, cette enquête aboutit à la conclusion inverse.
Les données recueillies montrent en effet que les utilisateurs de portables et les internautes disposent d'un réseau de personnes avec lesquelles discuter plus vaste et surtout plus diversifié que les individus moins férus de nouvelles technologies.
"L'utilisation d'internet en général et la fréquentation en particulier de réseaux sociaux comme Facebook montrent une sociabilisation plus diversifiée", notent les chercheurs dans un communiqué.
Ces relations parfois virtuelles ne se font pas au détriment de l'implication dans le monde réel, puisque qu'un internaute se révèle tout aussi capable de rendre visite à ses voisins ou de participer à des activités au niveau local que le reste de la population.
Les utilisateurs de téléphones portables, les personnes utilisant fréquemment internet sur leur lieu de travail et les blogueurs sont même plus susceptibles que les autres d'exercer une activité bénévole dans une association locale, d'après les résultats de cette étude.
Les enquêteurs ont par ailleurs constaté que 6% des adultes américains n'avaient personne avec qui discuter de sujets importants, une proportion comparable à celle observée en 1985.
Selon les auteurs, les résultats de ce sondage suggèrent qu'il faudrait percevoir les nouvelles technologies comme un moyen d'enrichir leur vie plutôt qu'une menace qui risque de les enfoncer dans une "spirale d'isolement".
Ce sondage a été réalisé auprès de 2.512 adultes en juillet et août dernier par Princeton Survey Research International pour l'organisation de recherche à but non lucratif Pew Internet and American Life Project.
Lepoint.fr 06/11/2009

Les réseaux sociaux en quelques chiffres
Facebook et l'amitié en réseau - Cerveau et Psycho

08/11/2009

Risques "psychosociaux" : 40 indicateurs

40 indicateurs pour mieux cerner les risques "psychosociaux" du stress au travail. Les auteurs du rapport sur les "risques du stress au travail", demandé par le ministère du Travail, sont une vingtaine de sociologues, médecins, psychiatres, statisticiens et économistes. Ils s'appuient sur des études scientifiques et plusieurs enquêtes nationales réalisées en 2003, 2005 et 2007 auprès des salariés. Selon le rapport provisoire, les risques psychosociaux (stress, dépression, anxiété) peuvent entraîner "un accroissement" du risque de maladies cardiovasculaires, de problèmes de santé mentale et de troubles musculo-squelettiques. Chargés "de formuler des propositions en vue d'un suivi statistique des risques psychosociaux au travail", les experts ont déterminé 40 "indicateurs provisoires"."Chacun de ces indicateurs est pertinent, mais ils ne donnent pas encore une vue exhaustive et synthétique des risques psychosociaux au travail", indique Michel Gollac, sociologue et administrateur de l'Insee, mais aussi président du groupe d'experts. Ces indicateurs sont regroupés en six catégories : exigences du travail, charge émotionnelle, autonomie et marges de manoeuvre rapports sociaux et relations de travail, conflits de valeur et insécurité socio-économique. La version définitive du rapport est prévue
à l'automne 2010.

07/11/2009

France : La Scientologie a-t-elle infiltré la commission des Lois de l'Assemblée nationale ?

La Scientologie a-t-elle pu infiltrer la commission des Lois de l'Assemblée nationale ? "Une hypothèse grotesque !" s'emporte Patrick Maisonneuve. Pour en avoir le coeur net, l'Assemblée et la Chancellerie ont diligenté chacune une enquête. Le parcours du texte a été minutieusement décortiqué. "J 'ai tout passé au tamis, l'erreur s'est produite ici, à l'Assemblée, lors de l'un des multiples allers et retours avec la Chancellerie, assure au Point Bernard Accoyer. J'ai identifié l'auteur de la boulette. C'est un administrateur dévoué, au-dessus de tout soupçon. Il a reconnu son erreur et en est profondément affecté ." Un administrateur que Le Point a identifié mais qui n'a pas souhaité faire de commentaire. Il s'agirait donc d'une simple erreur matérielle, un malencontreux "copier-coller sur un texte de 700 pages", dixit le président de l'Assemblée. Sauf que, lorsqu'on se penche sur ledit texte, le changement de formulation saute aux yeux. Alors que le libellé initial évoque "les peines prévues par l'article 131-39", en clair des peines numérotées de 1 à 9 qui peuvent être prononcées en plus de l'amende, on lit désormais "les peines prévues de 2 à 9 de l'article 131-39 ". Ce qui signifie que la peine 1, celle de la dissolution, a été gommée volontairement. "Je suis indigné, je demande une enquête approfondie. S'il le faut, j'engagerai des poursuites pour connaître la vérité", martèle Me Olivier Morice.

Consulter l'article complet...

lepoint.fr 27/10/2009

06/11/2009

Collaboration en entreprise : l'e-mail privilégié face aux outils web 2.0

« Pour les professionnels en entreprise, l'heure est plus que jamais à la collaboration », note Forrester Consulting dans une nouvelle étude réalisée pour le compte d'Adobe sur les modes de collaboration en entreprise. Cette nouvelle étude menée auprès de 700 Américains en septembre 2009 fait suite à la précédente qui se concentrait sur le continent européen à travers 3000 interviews.

Il en résulte que, des deux côtés de l'Atlantique, les attentes des professionnels en matière de collaboration sont assez similaires, tout comme les usages des principaux outils. Lesquels restent relativement traditionnels. Ainsi, 77 % des Américains et 78 % des Européens utilisent la messagerie électronique au détriment des nouvelles formes de communication que mettent en œuvre blogs, wikis et autres réseaux sociaux. L'utilisation des pièces jointes dans les courriels est respectivement choisie par 77 % et 76 % des collaborateur.

Mais cette méthode est loin d'être satisfaisante. A commencer par la compatibilité entre le format du document envoyé en pièce jointe et le logiciel de lecture de son destinataire. Respectivement 61 % des Américains et 56 % des Européens se disent concernés par les problèmes de versions logicielles. L'impossibilité de savoir si le sens du message a été bien perçu touche respectivement 36 % et 38 % des sondés. Enfin, 31 % et 37 % des salariés semblent visiblement concernés par l'impossibilité de ne pas pouvoir contrôler la diffusion de leur communication.

Quant aux outils de collaboration de type Web 2.0, leurs utilisations est la suivante : les wikis sont prisés par 2 % des Américains et 1 % des Européens, les blogs par, respectivement, 3 % et 2 % des salariés. Les réseaux sociaux exercent un pouvoir plus attractif et touchent 5 % des collaborateurs sur les deux continents. La popularité de Facebook, mais aussi celles de plates-formes à caractère plus professionnelles telles que LinkedIn ou Viadeo, n'étant probablement pas étrangères au relatif succès des plates-formes sociales. En fait, « ces outils restent l'apanage des jeunes », précise Forrester.

Outre leur prise en main, les outils de collaboration web 2.0 rencontrent plusieurs obstacles de taille. A commencer par le choix des outils en eux mêmes. Ainsi, aux Etats-Unis, 59 % des utilisateurs ne sélectionnent pas les mêmes outils. L'usage et l'efficacité pèsent également dans les résultats : 32 % des utilisateurs estiment que les outils web 2.0 compliquent leur tâche, et 24 % affirment confronter au problématiques de compatibilité.

Enfin, les problèmes de sécurité font également obstacle au travail collaboratif. Aux Etats-Unis comme en Europe, la protection des données sensibles de l'entreprise et de sa propriété intellectuelle compte parmi les priorités absolues pour 89 % des sondés. Cependant, seuls 17 % des Américains, contre 70 % (!!!) des Européens, se disent satisfaits des protections logicielles existantes. Même s'ils font appels à elles dans 59 % et 53 % des cas respectivement.

Consulter l'article complet...

05/11/2009

Internet a 40 ans

Né Arpanet à la fin des années 60 autour d'un projet militaire, Internet doit sa démocratisation à l'arrivée du Web dans les années 90.

L'histoire d'Internet commence par un échec. Le 29 octobre 1969, lorsque des étudiants de l'université de Californie Los Angeles (UCLA) tente de se connecter à un ordinateur de l'Institut de Recherche de Stanford en tapant « login », seuls les deux premiers caractères, « lo », sont transmis. La deuxième tentative sera la bonne.

Elle valide une précédente expérience, locale cette fois dans les locaux de l'UCLA, qui avait ermis de relier deux « calculateurs » (les ordinateurs personnels étaient encore de la science fiction). Fin novembre, la connexion entre les machines de l'UCLA et Stanford devient permanente et le 5 décembre 1969, des machines des universités de Santa Barbara et de l'Utah viennent s'y greffer pour former Arpanet, l'ancêtre d'Internet.

Arpanet était financé par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), une agence du ministère de la Défense américaine chargée de développement de nouvelles technologies militaires. Le projet, supervisé par le professeur Leonard Kleinrock de l'Ucla, visait à construire un réseau de communications informatique décentralisé et économique afin de maintenir la liaison des principaux commandements du pays. Le mythe voudrait que ce réseau puisse résister à une éventuelle attaque massive des centres de communication du pays par l'URSS, la guerre froide entretenant la peur des attaques nucléaires.

La micro-informatique se démocratisant dans les foyers, les développements de services en ligne n'ont cessé de se multiplier. Aujourd'hui, les Facebook, Twitter, MySpace, Yahoo, Google, Ebay, Wikipedia, le P2P, les blogs, la messagerie instantanée, l'e-mail, etc., animent aujourd'hui le web
auprès d'1,6 milliard d'internautes dans le monde. Et ce n'est qu'un (bon) début. Selon les propos de Leonard Kleinrock recueillis par l'AFP, «la prochaine étape, c'est de faire entrer [Internet] dans la vraie vie».


Consulter l'article complet...

04/11/2009

La crise accélère l'usage du web 2.0 en entreprise

Si les budgets en webmarketing BtoB sont relativement plus modestes en France qu'au-delà de ses frontières, les entreprises de l'Hexagone comme leurs voisines investissent davantage dans les techniques du marketing 2.0. La crise mondiale n'est qu'un catalyseur de ce phénomène, souligne une étude internationale menée par le Benchmark Group. Sur les 112 entreprises sondées dans sept pays, 23% avouent que la conjoncture ne fait qu'accélérer un processus déjà enclenché depuis plusieurs années, qui vise à modifier en profondeur les relations entre les marques et les consommateurs. Pour près d'un tiers des sociétés, les budgets se portent sur les vecteurs Internet offrant une visibilité précise sur le ROI.

Blogs et sites interactifs plutot que micro-blogging

Un tiers des services marketing BtoB ont ainsi déjà mis en place des sites en web 2.0 avec des plateformes de partage de contenus (Youtube, DailyMotion...) ou simplement des sites interactifs auprès de communautés (forums, blogs...). Et cette proportion devrait doubler en 2010. En revanche, le micro-blogging (type Twitter) semble avoir atteint un plafond en ce qui concerne les responsables marketing. Déjà utilisé par 20% des entreprises, ce type de services n'a attiré que 5% des sociétés qui ne l'avaient pas déjà adopté. Les mondes virtuels, eux, semblent devenus sans intérêt pour les services marketing interrogés : aucune ne prévoit d'investir dans les Second Life et autres métaverses peuplés d'avatars.

Des réticences quant aux coûts

Malgré cet engouement pour le webmarketing participatif, certaines sociétés s'interrogent encore sur l'usage de ces sites en raison du surcoût, selon elles, engendré par l'animation et la modération de ces environnements (pour 71% des entreprises françaises). Les technologies du web 2.0, vantées comme des instruments de dialogues entre entreprises et consommateurs, sont détournées de leur origine. Une grande majorité des sociétés interrogées avouent que ces environnements servent essentiellement à améliorer l'image de marque de l'entreprise et à drainer davantage de trafic. Cependant, 19% d'entre elles utilisent le web 2.0 pour intégrer le consommateur aux décisions.

Consulter l'article complet...

lemondeinformatique.fr 22/10/2009

03/11/2009

Nouveauté : La psychologie est un jeu - Chez LIBRIO

J'ai le plaisir de vous présenter un nouveau titre dans la collection "...est un jeu" chez LIBRIO, collection dirigée par mon cousin Pierre Jaskarzec.

La psychologie est un jeu

Tu vois ? Oui, j'entends bien !


Toute la collection LIBRIO "...est un jeu"




Présentation de l'éditeur

Que mesurent exactement les tests de QI? Est-il vrai que tout se joue avant l'âge de 6 ans? Etes-vous certain que rien n'influence vos jugements? Etes-vous parfois victime de l'a effet projecteur "? Si vous vous passionnez pour les comportements humains, ce livre est pour vous! Au travers de jeux, de tests, de récits d'expériences, le psychologue Serge Ciccotti nous confronte à nous-même en démontant les mécanismes qui influencent nos jugements et nos manières d'être. Perceptions, raisonnements, émotions, sexualité sont ainsi passés au crible des recherches scientifiques les plus récentes. Vous irez de surprise en découverte dans le vaste champ de la psychologie humaine... Un livre pour mieux se connaître - et mieux comprendre les autres - sans avoir à s'allonger chaque semaine sur un divan!

Biographie de l'auteur

Docteur en psychologie et chercheur associé à l'université de Bretagne-Sud, Serge Ciccotti a déjà publié plusieurs ouvrages à succès.



02/11/2009

En 2010, les adresses web s'écriront dans tous les alphabets

A partir de 2010, les pays pourront créer les extensions des adresses web, en chinois, en arabe, en hindi, en cyrillique… Et non plus seulement dans l'alphabet latin.

L'occident va-t-il perdre le contrôle du web ? Les adresses internet vont désormais pouvoir être rédigées en chinois, en arabe, en hindi, en cyrillique… Réunie à Séoul, l'ICANN (organisme américain chargé de la régulation d'internet) a officialisé vendredi l'introduction des «noms de domaines internationalisés». Pour l'instant, ils étaient limités à 37 caractères et limités à l'alphabet latin : de A à Z, de 0 à 9 plus le trait d'union.

En 2010 devraient apparaître les premiers suffixes (.fr, .it, etc.) écrits en hébreu , en japonais, ou en arabe. «C'est le plus grand changement technique sur internet depuis son invention il y a 40 ans» exulte Peter Dengate Thrush, le président du conseil d'administration de l'ICANN.

800 millions d'internautes concernés

Consulter l'article complet...


01/11/2009

Des fleurs pour chaque émotion